L’ortie, cette inconnue qui nous veut du bien…

La grande ortie (1 à 1,50 m de haut) et la petite ortie ou ortie brûlante (jusqu’à 50 cm), sont les plus fréquentes dans notre région. Cette herbe banale est une plante médicinale dont les propriétés sont connues depuis l’antiquité.

La feuille d’ortie est un concentré de protéines, de vitamines et de sels minéraux. Sa feuille est particulièrement riche en calcium, en fer, en bore, en vitamines A, E, C. N’hésitez pas à réaliser des potages et des plats toniques avec des jeunes feuilles d’ortie. Les orties ont malheureusement la faculté de concentrer les métaux lourds et les pesticides, récoltez-les dans un lieu non pollué.

Au jardin, certains n’hésitent pas à traiter le purin d’orties de potion magique du jardinier.

Soyons clair, bien que riche en azote, le purin d’ortie n’est pas un engrais, mais un stimulant phytosanitaire qui permet la régénération de la flore bactérienne du sol. C’est à la fois un activateur de croissance, un stimulant des défenses immunitaires des plantes et un répulsif efficace des pucerons, des vers de la carotte et du poireau et certains disent même des doryphores. Pour être efficace, il faut renouveler régulièrement les traitements.

Préparation : Dans un récipient (non métallique) mettre 1 à 2 kg d’orties fraîchement cueillies (ou 0,5 à 1Kg de broyat de feuilles sèches) et 9 à 10 l d’eau. Laisser fermenter 5 à 20 jours selon la température, remuer tous les jours. C’est prêt lorsqu’il n’y a plus de bulles lors du remuage. Il faut éviter la putréfaction des feuilles. Filtrer et conserver le liquide à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Utilisation : Pour l’activation du compost, utilisez-le pur. Contre les insectes, vous l’emploierez dilué à 5 %, et comme stimulant phytosanitaire à 10 %. Sur les tomates et pommes de terre, il est préférable d’arroser au pied avec une solution d’eau à 20 % de purin.

Pour éviter l’odeur nauséabonde du purin d’ortie à mes voisins, cueillir les jeunes feuilles d’orties, les faire sécher à l’abri de la lumière. Broyer les feuilles et conserver le broyat. Les tiges rejoindront le compost. Avant chaque plantation mettre cette poudre dans le fond du trou de plantation ou dans la raie de plantation. C’est alors l’activité microbienne du sol qui fait le travail.

Avant de détruire les orties, pensez aussi qu’elles abritent une multitude d’insectes.

A-t-on évité une guerre de l’ortie? Interdit à la vente en 2006, le purin d’ortie a de nouveau obtenu au premier semestre 2011 l’autorisation d’être commercialisé. Les moins courageux peuvent donc trouver du purin d’orties tout prêt dans les circuits commerciaux.

Malgré une hostilité apparente, voire de la méchanceté, l’ortie est toute bonne pour nous. Peut être verra-t-on un jour un carré du potager portant des orties ?

Source : association des jardiniers de la Garonne, « La feuille de chou » – mars 2013 – Bernard GUIGOU, jardinier à Chantelle, et Responsable « travaux » de l’association.

 

Publié dans Agir avec la nature