Protéger les auxiliaires au quotidien

Protéger les auxiliaires au quotidien

Nul besoin d’être chercheur ou haut fonctionnaire dans une organisation internationale pour protéger les pollinisateurs. En effet, le jardin est un lieu privilégié pour accueillir ces hôtes bienvenus, qui s’y nourrissent et y nichent. Quelques gestes simples, effectués dans l’environnement immédiat, permettent d’améliorer le sort de ces intermédiaires discrets mais indispensables : mettre en place une petite ruche pour abeilles domestiques, installer des nichoirs pour les abeilles solitaires, ou mieux encore, laisser en friche un coin de jardin, afin d’en préserver la biodiversité.

Déchets et arbres morts constituent en effet des habitats privilégiés pour de nombreux pollinisateurs.

Une autre solution consiste à semer une prairie fleurie, qui attirera les butineurs de toutes sortes.

Limiter, voire abroger l’emploi des pesticides est également fortement conseillé. Et pour les jardiniers que le désordre d’un coin de friches exaspère, ou pour les personnes n’ayant pas la chance de posséder un jardin, des trous de quelques millimètres de diamètre et profonds de quelques centimètres, dans un vieux mur ou dans des chevrons, feront parfaitement l’affaire.

Publié dans Les auxiliaires au jardin